Keisuke Jinushi est un Japonais de 29 ans fatigué de voir les photos de ses amis sur les réseaux sociaux en couple, lors de mariages ou avec leurs nouveau-nés. Il est célibataire et sent que le temps lui échappe et que toutes les personnes autour de lui sont heureuses et vivent avec leurs temps. Il avait envie de faire comme eux, de montrer qu’il était aimé et d’en faire l’étalage sur Facebook, Twitter et Instagram. Il a alors décidé de prendre les choses en main : il s’est créé une petite amie imaginaire.

Cette petite amie lui porte attention, elle lui donne rendez-vous, elle partage même sa nourriture avec lui. Et Keisuke le prouve à longueur de journée avec ses selfies qu’il prend à un rythme inhabituelle pour lui et qu’il s’empresse de mettre sur les réseaux sociaux pour tout montrer à ses amis. Tout est faux certes, mais pas pour les personnes qui le suivent et qui croient à sa nouvelle vie.

giphy (2)

Dans son livre « Moso Kanojo » (petite amie imaginaire) publié en octobre dernier par les éditions Tetsujinsya (uniquement au Japon), Keisuke nous illustre un monde de rêve plein d’amour, d’enthousiasme et de succès sur la moitié supérieure de chaque page, tandis que sur la moitié inférieure, il révèle en fait sa triste réalité de solitaire. Ses selfies occupent la plus grande partie des colonnes du livre alors qu’en dessous un plan assez large explique en fait comment il a mis en scène ces photos.

p12-ito-selfie-c-20150307-870x498

« Je voulais que les gens pensent que j’ai une vie très enrichissante et je voulais qu’ils deviennent envieux. Cette histoire a commencé alors que je devais me rendre à une réunion et je voulais m’y vanter sur ma vie. »
Keisuke Jinushi montre alors ce qu’il appelle sa « trousse à selfie » qui lui permet de réaliser ses photos. On y retrouve une bouteille de vernis à ongles rouge, un fond de teint liquide, une poudre cosmétique, du nettoyant pour ongles ainsi qu’un chouchou. Et c’est avec une facilité démesurée qu’il commence à appliquer le vernis sur sa main droite.

« J’utilise en réalité ma main droite comme accessoire pour faire croire qu’elle appartient à ma fausse petite amie. Je fais vraiment en sorte qu’elle paraisse soignée pour prouver que c’est une fille qui aime prendre soin d’elle et qui est donc belle. » Le Japonais a réussi à faire croire à tous ses amis et même à sa famille qu’il était donc en couple pendant presque une année. Une histoire folle qui montre à quel point la solitude, surtout au Pays du soleil levant, est un fléau difficile à combattre.

amaenbo1_edit

how-to-photograph-right-hand-as-girlfriend-keisuke-jinushi-13-545x306

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction