Lorsque vous êtes dans une barre de recherche comme Google et que vous commencez à taper « Les Italiens sont » vous verrez s’afficher plusieurs possibilités. Ces possibilités résultent du nombre important de recherches faites par les internautes sur ce pays. En clair, lorsqu’on tape cela sur la barre de recherche, on peut voir s’afficher en premier « Les Italiens sont-ils latinos ? ». Ceci doit donc être la question que se posent le plus les Français…

italiens

En Chine, le principal moteur de recherche se nomme Baidu et possède également un procédé qui prend en compte les recherches de tous les internautes pour leur émettre des suggestions. Le magazine Foreign Policy a ainsi créer une carte en se basant sur ces propositions pour nous permettre de nous rendre compte de ce que pense les chinois de nos pays et qu’est-ce qui en ressort. Les résultats qui apparaissent sont très souvent gênants voir racistes et on est extrêmement surpris des stéréotypes que peuvent avoir les habitants de ce pays sur nos nations.

En France, par exemple, c’est le fait qu’il y ait « beaucoup de Noirs » qui ressort le plus. Mais le magazine nous apprend aussi qu’en Chine on se demande pourquoi la France n’arrive pas à battre l’Allemagne (oui, oui) ou pourquoi est-ce que les habitants français arnaquent les chinois. Voilà.

map_china_europe_stereotypes_final_copyrightforeignpolicy-810x586

Et ce n’est pas tout :
Les Allemands « tuent des juifs »
les Italiens sont « faibles »
les Autrichiens « parlent allemand »
les Danois « tuent des baleines »
les Irlandais sont « indépendants »
les Islandais ne sont « pas dans la zone Euro »
les Russes « aiment se battre »
les Grecs sont « fauchés »
La Biélorussie est questionnée par rapport à… son nom
les Lituaniens sont connus pour leur tendance suicidaire
les Finlandais parlent « bien anglais »
les Belges « sont appelés les diables rouges
les Suisses sont « neutres »

Voilà voilà. Et les Chinois, on en pense quoi en France ?

chinois

Pas mieux en fait…

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction