Que diriez-vous d’en savoir plus, à l’avance, sur ce à quoi ressemblera votre propre mort ? C’est en tout cas le concept, inédit, proposé à Shanghai dans le musée Xinglai. Il vous faudra débourser environ 60 euros pour avoir droit d’expérimenter la mort, suivi de l’incinération, le tout avant d’être…ressuscité. C’est une poignée d’entrepreneurs Chinois qui ont décidé de créer ces véritables simulateurs de mort avec pour objectif de permettre aux gens « de mieux apprécier la vie et d’accepter qu’un jour ou l’autre, ils disparaîtront » le tout avec tout de même l’envie de leur fournir quelques réponses à la question « Que se passe-t-il après la mort ? »

croire-en-l-au-dela_5501989La célèbre lumière au bout de tunnel

Le musée Xinglai (qui signifie réveil en chinois) est ouvert depuis lundi et souhaiterait donc apaiser les personnes qui angoissent de mourir. L’expérience comment quant à elle avec un tapis roulant sur lequel les visiteurs/testeurs vont s’allonger, le tout avant d’être envoyé dans un…four pour y être tué et incinéré. Dès que leur mort est actée, ils se retrouvent dans une sorte d’utérus en latex qui les éjectera, quelques instants plus tard, dans une piscine à boules afin de les faire renaître. En tout, il faut comptez deux heures.

Si l’on se réfère à ce simulateur de mort, on pourrait croire qu’après la mort, nous renaissons donc sous la forme d’un bébé dans le ventre d’une mère. C’est en tout cas la théorie soutenue par de nombreux écrivains.

Néanmoins, le but premier de ces simulateurs n’est pas de s’amuser dans un utérus en latex, mais bien de permettre aux personnes de faire fuir leurs pensées suicidaires pour leur permettre d’apprécier leur vie. « Nous ne comprenons, ni ne digérons vraiment la mort. Donc j’ai pensé à ce que je pourrais faire pour sensibiliser les gens à la vie, afin qu’au moment où un individu approche la mort, il n’ait pas à penser à ces problèmes constamment. » explique le créateur du lieu Ding Rui.

Bref, le nouveau DisneyLand chinois est quelque peu morbide.