Il y a un peu plus d’une année, en mai 2015, le radiotéléscope Zelenchukskaya de l’académie russe des sciences détectait des pics suspects dans la réception de signaux. Jusqu’à aujourd’hui, les astronomes du programme SETI n’arrivaient pas à répondre avec certitudes sur les causes de ces signaux qui paraissaient alors de plus en plus suspects et qui, aux yeux de nombreux ufologues, pouvaient être la preuve d’une existence d’extraterrestres. On en sait néanmoins un peu plus désormais et il semblerait que le signal proviendrait d’une étoile nommée HD 164595, située à 95 années-lumières de la Terre et similaire au soleil.

1000px-Smiley_green_alien_drunk_sad.svg

Peu probable que le signal soit extraterrestre

À l’époque, les chercheurs estimaient que « l’apparition d’un signal aussi clair a pu être émis par une radiobalise provenant d’une civilisation intelligente » . Les fantasmes les plus fous faisaient alors leur apparition. Vient-on officiellement de rentrer en contact avec des Aliens ? Va-t-on pouvoir émettre des messages et dialoguer avec eux ? Il faut tout de même préciser que, pour recevoir un tel message aussi clair sur un radiotéléscope, il faudrait une énergie estimée à 1020 watts, qui selon le professeur Seth Shostak, serait une quantité d’énergie massive des milliers de fois supérieures à l’énergie de notre soleil.

Les mois passèrent et nous n’avions plus de nouvelles, les théoriciens du complot expliquant par ailleurs qu’on nous cachait de nombreuses choses.

signal-SETI-1

Or, hier, les astronomes de l’institut SETI ont utilisé un télescope spécial afin d’analyser la dites étoile et n’ont….rien trouvé. Pire encore, ils estiment que la forte intensité du signal reçu est très certainement dû à des interférences terrestres (un micro-ondes peut causer ce type de dérèglements). « L’absence de détection ne signifie pas une absence d’une civilisation alien. Vous ne pouvez pas le dire juste parce que vous ne trouvez rien pour le moment » explique néanmoins Seth Shostak. Il faudra donc encore attendre avant de rentrer en contact avec les petits hommes venus de l’espace.