«Nul combat ne vaut l’effort, si la victoire n’est acquise à l’avance» écrivait Michel Beaulieu dans La Représentation. Une citation dont devrait s’inspirer la PETA (People for the Ethical Treatment of Animals, la SPA américaine) tant sa dernière bataille risque de se solder par un échec. Ainsi, toujours prompte à défendre la cause animale, l’organisation a adressé une lettre ouverte à Games Workshop, société mère des licences Warhammer et Warhammer 40.000, pour lui demander de retirer la fourrure des figurines à peindre.

Warhammer-40

Warhammer affiche une abondance de personnages qui portent ce qui semble être des peaux d’animaux. Ces guerriers sont connus pour leurs prouesses martiales, mais porter des peaux d’animaux morts n’a jamais demandé de compétence particulière. Habiller les personnages avec ce qui ressemble à des répliques d’animaux morts envoie le message suivant : porter de la fourrure est acceptable. Ce message n’est pas valable en 2017 et ne le sera pas non plus en 40.000.

En effet, que ce soit dans l’univers heroic fantasy de Warhammer ou SF de Warhammer 40.000, plusieurs armées agrémentent leurs armures de peaux de bêtes. En revanche, il s’agit de plastique et non de véritable fourrure, cette dernière étant sculptée à même la figurine. Un combat « prioritaire » pour la cause animale donc, qui n’est pas sans rappeler celui mené par la PETA en 2013 contre Assassin’s Creed IV : Black Flag et ses séquences de chasses à la baleine. Car comme écrivait Paul Carvel dans Jets d’encre (oui, aujourd’hui on est généreux en citation) : «La civilisation occidentale combat la bêtise, mais cultive la connerie». À méditer.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction