Ils étaient nombreux en début d’année à vous parler de Mowgli Girl, cette petite fille retrouvée seule dans le nord de l’Inde et, apparemment, élevée par des singes. Metro, IndianExpress ou The Sun sont donc tombés dans le panneau des rumeurs bidons qui pullulent sur Internet. On vous raconte l’histoire.

Ehsaas, peu de temps après son arrivée à l’hôpital

Des faits marquants

En janvier dernier, une jeune fille de onze ans est retrouvée nue et seule dans une forêt, vivant parmi les singes. Un membre des forces de l’ordre tente alors de lui venir en aide et vient la chercher, pour l’emmener dans un hôpital. Problème : la petite est terrifiée et ne souhaite pas se laisser prendre. Les singes, qui se trouvent aux alentours, se montrent alors hostiles et tentent de défendre celle qui serait « leur protégée » . Ehsaas, comme elle serait appelée plus tard, ne peut ni parler, ni marcher. Elle est couverte de blessures en tous genres et se comporte comme un animal.

Forcément, ces premiers éléments nous ramènent à Tarzan, voire au Livre de la Jungle. Les médias s’emparent du phénomène et parlent rapidement de Mowgli Girl lorsqu’ils évoquent l’enfant. Mais tout cela n’est qu’une infime partie de la triste vérité.

Une autre vérité

Selon l’équipe médicale qui s’est occupée de Ehsaas, la jeune fille aurait « adopté un comportement sauvage, proche de celui d’un singe » . Néanmoins, cela s’expliquerait aussi par le fait qu’elle ait vécue avec ces animaux, au point de copier leur mode de vie. Mais rien n’indique qu’ils l’ont élevée. Encore moins qu’elle a vécu toute sa vie avec eux. Après enquête, la donne est différente. La petite aurait été en réalité abandonnée par ses parents en pleine forêt à cause de son sexe, tout d’abord, mais aussi parce qu’elle est handicapée mentale. Elle n’aurait donc pas vécu plus de quelques jours en compagnie des singes.

Ainsi, si elle a été retrouvée dans un tel état, c’est simplement parce que son handicap l’amenait à imiter ceux avec qui elle se trouvait durant les dernières heures de sa vie. À aucun moment il ne s’agit donc d’un cas « extraordinaire » rappelant aux heures des sublimes dessins animés Disney. La réalité est toute autre et il s’agit ici malheureusement d’une triste histoire de parents indignes et sans cœur qui ont abandonné Ehsaas simplement parce qu’elle était différente.

Encore une fois (et ça vaut pour nous aussi), ne croyez pas tout ce que vous lisez sur internet.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction