Far Cry 5 fait parler de lui depuis vendredi. Le jeu développé par Ubisoft Montréal et attendu pour février prochain sur nos consoles est au cœur d’une polémique pour la moins étrange. En effet, le dernier tweet signé par Ubisoft a déclenché une série de réactions assez inattendue de la part des adeptes de la supériorité blanche, une partie embarrassante de l’électorat américain.

Une nouvelle direction qui ne plait pas

Il faut dire que l’open-world change totalement d’atmosphère pour ce nouvel opus. Alors qu’on avait été habitué à la jungle luxuriante dans le troisième épisode et aux montagnes enneigées dans le quatrième, avant de faire un petit détour par l’âge de pierre, nous voilà projeté dans une Amérique profonde, avec une ambiance qui se veut bien plus réaliste qu’à l’accoutumée.

Dans la première bande-annonce diffusée vendredi dernier, nous pouvions ainsi découvrir les différents antagonistes du jeu, apparemment accros aux armes à feu, membres d’une secte mystérieuse qui rappelle néanmoins le catholicisme. Et si l’on regarde attentivement, on se rend compte qu’ils sont tous blancs. Un détail qui ne plait pas du tout aux « white supremacists » , un groupe d’individus affirmant que « la race blanche » est supérieure, et qui estiment que ce nouveau jeu semble faire « des catholiques blancs » les nouveaux ennemis du jeu.

« Après les Asiatiques, les Africains ou les tribus des Îles du Pacifique, c’est à notre tour d’être pris pour cible » témoignent certains. Sur les réseaux sociaux, et notamment Twitter, on peut lire de nombreux commentaires expliquant que « Far Cry 5 est un jeu anti-blanc qui fait de l’Américain moyen le méchant qu’il faudra anéantir » . Certains osent même évoquer « les marxistes anti-blancs qui ont infiltré les institutions de l’ouest » .

La France aussi

Mais cela n’énerve pas simplement les américains. En France aussi, certains joueurs revendiquent cette volonté forte de la part d’Ubisoft d’étendre « une propagande anti-blanc » . On peut ainsi lire sur certains forums des commentaires comme « J’ai peur d’être obligé de jouer un homosexuel féministe musulman transgenre qui devra buter des méchants blancs » . Certains vont même encore plus loin : « C’est clairement un BLASPHÈME voulu à l’encontre du symbole du Christianisme Rayonnant à travers le monde mais aussi de la force de la République Française et du Maréchal Pétain, personnellement visé, lui le héros de Verdun » .

Ubisoft n’a en tout cas toujours pas souhaité commenter ces allégations qui semblent, avouons-le, complètement tordues.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction