Peut-être avez-vous vu le film American Sniper réalisé par Clint Eastwood et sorti en 2015 dans les salles obscures françaises. On pouvait alors y suivre les aventures militaires de Chris Kyle, un sniper de l’armée américaine qui passera une grande partie de son temps en Irak à traquer l’un des tireurs d’élite de l’armée rebelle. Beaucoup ont alors été estomaqué en visionnant la prouesse du personnage interprété par Bradley Cooper qui réussira à débusquer son ennemi malgré une distance très importante (plus de 1 900 mètres en 2008). Et bien sachez que dans la réalité, c’est un Canadien qui vient de battre ce « record » un peu triste.

Un record pour éviter d’autres massacres

En effet, un sniper de l’armée canadienne déployée en Irak et membre de la Joint Task Force 2 a mis hors d’état de nuire un membre de l’armée de Daesh via un tir de 3 540 mètres de distance. Il aura fallu dix secondes pour que la balle atteigne sa cible à une vitesse d’environ 1274 kilomètres par heure. C’est ainsi officiellement le « tir d’élimination le plus long du monde » .

« Le tir en question a interrompu une attaque de Daech contre les forces de sécurité irakiennes. Plutôt que de lâcher une bombe qui peut potentiellement tuer des civils, c’est une application très précise de la force. Et parce que cela s’est produit à une tellement longue distance, l’ennemi n’avait aucune chance de savoir ce qu’il se passait » explique une source militaire anonyme.

La distance parcourue par la balle est impressionnante

Selon le journal canadien Globe and Mail, une vidéo a été remise aux autorités afin qu’elles puissent vérifier qu’il s’agissait bien d’un record et que tout avait été réalisé « dans les règles de l’art » . Selon les dernières informations, le sniper, qui doit rester anonyme par souci de sécurité, était équipé d’un fusil sniper McMillan TAC-50 et s’était installé dans une tour particulièrement haute. Si l’on ne peut pas fêter la mort d’un être humain, même appartenant au groupe Etat Islamique, on peut tout de même saluer le sang froid et la prouesse de ce militaire canadien.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction