Tout débute par une idée : et si on se faisait remarquer sur le web, sur les réseaux sociaux ? C’est vrai, quel est bien souvent le meilleur outil pour créer un engouement, rapidement, et avec des moyens limités ? Internet. Les équipes de communication de la SNCF ne s’y sont pas trompés. Enfin si, justement.

« C’est un mouton qui bêle ? »

Lorsque vous vous rendez dans les grandes gares françaises, vous retrouvez toujours les mêmes choses : du monde, des trains (en retard) et un piano. Parfois, l’attente devient un peu moins insoutenable lorsqu’un illustre inconnu se met à jouer quelques notes et à surprendre une foule aux anges. C’est de ce point de départ qu’est partie la dernière campagne web de la SNCF. Et pour jouer l’illustre inconnu, c’est le chanteur français Grégoire qui a été choisi. Dans la vidéo, on peut l’entendre reprendre un tube du groupe anglais Oasis : « Don’t look back in anger » .

Le problème, et il est de taille, c’est que c’est extrêmement mauvais. Autant pour l’image de l’entreprise ferroviaire publique française que pour celle de l’interprète de Toi+Moi. Publiée le 28 août dernier, cette séquence fait le buzz depuis un peu plus de 24 heures sur les réseaux sociaux. Au total, c’est près de 200 000 vues sur YouTube pour 80 « j’aime » et plus de 2 000 « je n’aime pas » .

On retrouve ainsi des commentaires comme « Suis-je le seul à entendre un mouton qui bêle ? », « Il s’est pas pris une amende ? » ou bien « La prochaine mesure anti-terrorisme employée dans les gares. » . Vous l’aurez compris, la communication et la publicité, c’est un métier.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction